• Accueil
  • Ranjirano
  • Pays
  • Contact
  • Profil
  • 10 février 2018

    10 février 2018

    Delacroix et sa lutte avec l'Ange... de la côte Normande à Paris


    La mer a toujours exercé un grand pouvoir de fascination sur les peintres. Parmi eux, Eugène Delacroix, peintre français romantique [1798-1863] succomba aussi à la beauté océane...

    Les falaises d'Etretat 
    Surtout attiré par la côté normande, comme les peintres impressionnistes, Delacroix qualifie ces moments de contemplation  : -de séjour de paix et d'oubli du monde entier-...


    Tout comme Eugène Boudin, Claude Monet, Camille Pissaro, Gustave Courbet et tant d'autres, Eugène Delacroix a aussi immortalisé cette côte...

    La mer vue des hauteurs de Dieppe
    Cherchant toujours, la façon la plus libre d'envisager la peinture,  Delacroix fait prendre à la couleur plus d'importance que le dessin. Le poète Baudelaire qualifie cette singularité de très romantique...

    Photos prises le 15 décembre 2017
    A Paris, à l'intérieur de l'Eglise Saint-Sulpice, on est ainsi surpris autant par la présence inattendue d'une fresque de Delacroix sur un mur, que par les couleurs chatoyantes qu'elle fait jaillir.

    La lutte de Jacob avec l’ange [1861]
    Dès 1854 à 1861, Eugène Delacroix peignit cette fresque énigmatique, intitulée -la lutte avec l'ange-, à l'Eglise Saint-Sulpice... Il choisit lui-même ce thème biblique pour décorer le mur de la chapelle des Saints-anges...

    Photo prise à l'Eglise Saint-Sulpice [15 décembre 2017]
    Les conditions dans lesquelles le peintre exécuta cette fresque était un véritable défi pour lui. Malade depuis 10 ans, son état s'aggrava durant le projet... Pendant 5 ans, il luttera pour finir la fresque dans des conditions d'épuisement total. Tout comme son modèle il s'en sortira vainqueur mais estropié à tout jamais...

    Fresque restaurée en novembre 2016
    Ce qui fascine dans ce tableau, c'est avant tout, le contraste entre l'homme acharné et la douceur de l'ange... L'homme se bat comme un taureau et celui qui est en face semble être juste là pour le retenir...
    Tout semble prêcher en défaveur de Jacob, mais il engage le combat... il fait face... il gagne et selon le récit biblique : Jacob ne serait jamais plus le même, claudiquant à jamais... il sera marqué par son combat...




    Dès 1822 et jusqu'à la fin de sa vie, Eugène Delacroix consignait quotidiennement tout ce qu'il faisait, ses projets de tableaux, ses pensées... dans un journal. Tout comme Montaigne qui se définit lui-même -la matière de son livre, il mentionna que ce journal est tenu et existe que pour lui seul... Mais à la différence de Montaigne qui présente ses idées avec linéarité, le journal du peintre est conçu dans le désordre et le chaos qui n'est pas sans refléter ses œuvres picturales  Et à la différence de l'écrivain qui n'était pas avare d'anecdotes même les plus intimes, les confidences du peintre sont plutôt rares dans ce journal...




    La mer est là, magnifique, imposante et superbe, avec ses bruits obstinés.
    Rumeur impérieuse et terrible, elle tient des propos étranges.
    Les voix d'un Infini sont devant vous.
    Eugène Delacroix












    Publié par Ranjiva

    Quelques traces