• Accueil
  • Ranjirano
  • Pays
  • Contact
  • Profil
  • 27 mars 2021

    27 mars 2021

    Passe oiseau, et apprends à passer [Printemps des poètes]


    Le printemps des poètes, -23ème édition-, a comme thème cette année le désir et le désir d'évasion n'a jamais été aussi fort qu'en ce moment.


    Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, 
    Dans la nuit éternelle emportés sans retour, 
    Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
     jeter l'ancre en un seul jour ? 
     Alphonse de Lamartine
    On aimerait bien prendre l'envol.


    Etre aussi libres que ces oiseaux ..

    Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent 
    Pour partir ; cœurs légers, semblables aux ballons, 
    De leur fatalité jamais ils ne s´écartent, 
    Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons! 


    Et on voudrait être aussi libres, que ces nuages-là-bas qui s'engouffrent dans l'azur au gré de zéphyr;

     Levez les yeux ! 
    C'est moi qui passe sur vos têtes 
    Diaphane et léger, libre dans le ciel pur 
    L'aile ouverte, attendant le souffle des tempêtes 
    Je plonge et nage en plein azur
     Louise Ackermann -Le nuage-


    Passe oiseau et apprends-moi à passer
     Fernando Pessoa -Plutôt le vol de l'oiseau-


    Face à ce désir d'évasion et de liberté, le poème d'Andrée Chedid m'est revenu, un poème sur l'Espérance, l'espérance qu'on ancre aux racines de la vie. 

     J'enracine l'espérance 
    Dans le terreau du cœur 
    J'adopte toute l'espérance 
    En son esprit frondeur 









    Publié par Ranjiva




    Le printemps des poètes : Thème enfance 

    Le printemps des poètes : Thème d'infinis paysages
    Lire la suite...»

    20 mars 2021

    20 mars 2021

    Le long de la plage, balade sur les planches de Trouville [Normandie]


     Quand on arpente les planches de la plage de Trouville, certes, moins connues que celles de Deauville


    On ne peut s'empêcher de  penser qu'elles furent jadis foulées au 19ème siècle par des peintres, écrivains et personnalités de la haute bourgeoisie.


    Gustave Courbet, Gustave Caillebote, Claude Monet, Eugène Boudin et tant d'autres peintres ont vu là des possibilités infinies de croquer ces plages nouvellement transformées en stations balnéaires. 


    Mais c'est incontestablement Eugène Boudin, le roi des ciels, des ciels changeants, l'un des premiers peintres de son temps à peindre en plein air,  qui a le plus posé son chevalet sur la plage de Trouville, au début des années 1860.


    Sur  ses 1200 m de rivage couvert de sable fin,  la plage de Trouville ne peut que charmer. 
    Et la mer à perte de vue, sous un ciel chargé de nuages qui se dissipent très vite au gré du vent,  ne peut qu'envoûter.


    La mer est là..
    La mer qui calme les tourments, la mer qui rétablit l'harmonie du corps et de l'âme, la mer qui ancre dans le réel mais en même temps donne aussi ses lots de rêverie.


    Et, lors de cette balade sur les planches, on ne peut s'empêcher d'admirer ces belles villas qui longent la côte.


    En 1862 Trouville-sur-Mer  fut sacrée reine des plages, avant que
    Deauville fut fondée ; et peu à peu cette dernière l'a détrônée..


    Regarder la mer, 
    c'est regarder le tout.
    Marguerite Duras





    Photos prises en mars 2021









    Publié par Ranjiva

    Quelques traces

    Lire la suite...»

    7 janvier 2021

    7 janvier 2021

    Bonne et heureuse année 2021 !


     Une nouvelle année se présente souvent comme un nouveau livre ; espoir de découvrir toutes les émotions qu'on imaginait, moments heureux à passer.


    A propos du bonheur, Jean-Jacques Rousseau écrivait qu'il ne se décrit pas, qu'il se sent. En espérant que les moments heureux durent ! Que cette nouvelle année nous apporte bonheur, joie, et santé. Qu'elle soit aussi éclatante que cette rose rouge.

    Hibiscus

    Une année 2020 à oublier 
    Une année 2021 à déployer 
    Espérer, aimer, 
     Regarder autrement
    Rêver d'ailleurs 
    Goûter aux plaisirs simples 
    Savourer chaque moment

    Poinsettia 

    Retenir l'instant. 
    Savourer le présent


    Bonne année !







     
    Publié par Ranjiva

    Quelques traces

    Lire la suite...»

    15 décembre 2020

    15 décembre 2020

    Se souvenir pour retenir [14 ans de blog]


    Comme chaque année, à cette époque de l'année, juste quelques jours avant Noël, un petit retour à Madagascar s'impose.

    La route vers Tamatave
    Quoi de plus logique que de retourner là où le blog a pris sa source.
    Une source qui ne se tarit pas depuis 14 ans. Tout a commencé par le besoin de retenir des souvenirs de mon île natale.


    Retenir pour se souvenir..
    Se souvenir de la palette de couleurs de Madagascar, se souvenir de la beauté exubérante des paysages
    Certes c'est la couleur ocre, la couleur latérite qui domine sur l'île mais le vert des rizières ou le bleu turquoise de l'Océan Indien reflète autant la beauté de l'île.


    Au Sud Est de Madagascar, Dame Nature a façonné ces merveilles appelées -Tsingy rouges- couleur ocre, mais qui déclinent ses couleurs selon la magie des instants.
    Ce paysage de roches avec ses petites flèches fascine, tout comme Bryce Canyon aux USA, une parfaite harmonie de couleurs et de beauté
    Certes, au début le blog était juste là pour retenir des souvenirs de mon île natale, mais au fur et à mesure, d'autres souvenirs s'y sont greffés, toujours au fil de l'eau.
    Sans oublier les fleurs qui chaque jour m'enchantent de plus en plus. 
    Tous ces émerveillements ont fait que ça perdure, et en ce temps perturbé, des enchantements, des parenthèses enchantées, ne peuvent qu'égayer le quotidien.
    Je reste émerveillée 
    Du clapotis de l’eau 
    Des oiseaux gazouilleurs 
    Ces bonheurs de la terre 
    Je reste émerveillée 
    D’un amour Invincible 
    Toujours présent 






    *Pause hivernale..  A l'année prochaine !







     
    Publié par Ranjiva

    Quelques traces

    Lire la suite...»

    13 novembre 2020

    13 novembre 2020

    Cheminer d'arbre en arbre 

    Destination : arbre, est un poème d'Andrée Chedid ; certes c'est une belle destination que d'aller admirer ces magnifiques arbres, qui déclinent leurs couleurs automnales. 
    A l'instar de l'érable japonais, certains arbres ont leurs feuilles d'un rouge éclatant avant la chute des feuilles, ces couleurs flamboyantes sont dues aux anthocyanines, leurs pigments protecteurs contre les parasites et l'environnement.
    Parcourir l'Arbre 
     Se lier aux jardins 
     Se mêler aux forêts 
     Plonger au fond des terres 
     Andrée Chedid [destination : arbre].
    L'embrasement automnal fascine toujours, les arbres se parant de leurs plus belles couleurs ; ils se préparent à la rude saison qui va arriver ; leurs feuilles, avant de tomber, passent par toutes les couleurs.
    Puis dans un éclat de feuilles 
     Embrasser l'espace 
     Résister aux orages 
     Déchiffrer les soleils 
     Affronter jour et nuit 
     Andrée Chedid [destination arbre]
    Bientôt pour les arbres, le temps est venu d'une pause méritée, mais en attendant cet arrêt indispensable à leur survie, ils exhibent leurs plus belles couleurs.





      Personne ne s'étonne que les arbres se dénudent sous nos           latitudes, en automne, et se reverdissent au printemps
     Pourtant  la chute et la repousse annuelles sont un petit miracle, car le processus implique que les arbres aient la notion du temps. Comment savent-ils que l'hiver arrive ou que la hausse des températures n'est pas un bref aléa climatique 
    mais l'annonce du printemps ? 
    [Extrait du livre -la vie secrète des arbres - de Peter Wohlleben]
    Cheminer d'arbre en arbre 
    Explorant l'éphémère 
    Aller d'arbre en arbre 
    Dépistant la durée. 
     Andrée Chedid [destination arbre]






    Publié par Ranjiva

    Quelques traces
    Lire la suite...»

    10 septembre 2020

    10 septembre 2020

    Harmonie des jardins japonais

    Il existe des lieux incontournables où on revient toujours ; le jardin Albert Khan en fait partie pour son magnifique jardin japonais.


    Comme le jardin de Monet, là où -tout n'est que calme et volupté-, de ce bucolique jardin japonais émane une belle sérénité.


    A première vue tout semble harmonieux, mais comme dans tout jardin japonais l'asymétrie règne
    Dans les croyances traditionnelles japonaises, c'est dans le chaos que réside l'harmonie.


    L'eau, symbole de la vie, de la douceur, de l'harmonie y est omniprésente 


    Tout comme le pont, de couleur rouge de préférence, couleur qui symbolise le passage entre le domaine des hommes et le domaine des dieux.


    Ces ponts qui relient le monde terrestre et le paradis sont souvent arrondis en demi-lune et toujours en harmonie avec le reste du jardin. 


    On s'attarde souvent sur ces ponts pour avoir une vue plus étendue de ce lieu de sérénité.


     L'effet visuel harmonieux de ce jardin japonais séduit et invite au voyage.

    Toute activité en harmonie avec la vie, selon le Présent et l'Avenir, en est l'épanouissement.


    *Photos prises en août 2020








    Publié par Ranjiva

    Quelques traces

    Lire la suite...»