8 avril 2016

8 avril 2016

Une ville sortie du marécage - Deauville- [France]


Quand on se trouve à Deauville, ville normande en Calvados, coquette et huppée, on a dû mal à imaginer qu'au 19 ème siècle, elle fut un "marécage" où des paysans faisaient paître leur troupeau.


Deauville sortit du marais à peine en une dizaine d'années : grâce au flair du Duc de Morny en 1860, petit fils de Joséphine de Beauharnais [1763-1814]. La ville devint une station balnéaire dotée de tous loisirs et équipements de luxe pour attirer une clientèle ciblée. Et dès 1912 elle fut à la mode.


Tout comme Ostende, station balnéaire qui se trouve en Flandre en Belgique, très prisée aussi à l'époque, Deauville attire aussi les aristocrates anglais, bien avant la côte d'Azur. Les vertus de bain de mer et les bienfaits de l'air marin attirèrent un public de plus en plus large.
Et évidemment les peintres, toujours à l'affût "de représentation picturale marine", ne furent pas en reste... Parmi eux, Eugène Boudin, connu pour ses valses de couleurs des cieux et ses scènes de plages harmonieux.

La plage de Deauville [1864] Eugène Boudin
Natif de Honfleur, sillonnant les côtes normandes, voyageur impénitent, Eugène Boudin vécut quatorze année à Deauville (1884-1898). Il adorait les plages de Deauville: "je ferai autre chose, mais je serai toujours le peintre des plages" écrivit-il.


Deauville se trouve à 18 km de Honfleur, charmante ville portuaire. La campagne fleurie aux alentours ainsi que les nombreuses villas dotées de jolis jardins ont donné naissance à son appellation de "côte fleurie".
Prenant modèle sur Cannes, autre station balnéaire prestigieuse, Deauville s'est doté aussi d'un festival de cinéma en 1975: le Festival Américain des Films Indépendants.


Hors saison, comme Chantait Francis Cabrel, "quand c'est le silence qui se remarque le plus", Deauville et ses maisons en colombages, ainsi que sa grande plage à perte de vue "sans galet" valent bien un détour.


Bien observer et tirer de la nature tout ce qu'il est possible d'en tirer
La lumière surtout ! Chercher son rayonnement, la fulguration,
la condenser, la poursuivre dans sa chaleur








Publié par Ranjiva

Quelques traces

* Suite Normandie : Honfleur