17 décembre 2012

17 décembre 2012

Blog et souvenirs au fil de l’eau


Ce blog a été ouvert en décembre 2006, pour laisser quelques traces personnelles, une photo à chaque article avec une courte annotation et une citation ou poème ressenti sur le moment (une trace).
J’ai commencé par quelques photos de mon pays natal Madagascar, pour garder en mémoire ce que le temps veut effacer, comme ce pont flottant sur la route de Tamatave à Madagascar, remplacé par un autre pont moins pittoresque en 2004.
Un blog, juste pour les photos, juste pour se souvenir, de la beauté de la Nature, sans chercher à s’appesantir sur les mots, sauf qu'au fur et à mesure, les mots ont pris de plus en plus de place, comme pour mieux imprégner les images : des mots de liaisons se sont imposés à la vision de ces photos –souvenir-, tel que ces canaux de Venise qui m’ont fait penser à Lord Byron ou la vision de la pleine lune à Quercy à la déesse Séléné, etc...


Les photos n’étaient plus là, juste pour maintenir le souvenir de l’endroit, mais elles étaient aussi là pour exalter l’imagination comme cet article sur Borges, où la vision de la Mer a laissé place au poète, ou encore l'image de la Mer méditerranée qui n'offre qu'un pont à la déesse Thétis.
Ces photos étaient là, aussi, comme support de ressenti et d’anecdotes mais elles étaient là aussi pour faire revivre un voyage lointain apprécié, pour faire ressortir la joie d’un instant, comme la vue de l’éclosion du printemps via ces fleurs champêtres.
Au fur et à mesure, plus de mots se sont assemblés, donc plus de photos... Je suis le rythme de mes envies, j’avais envie de raconter plus, de partager plus... Je vous remercie d’avoir partagé cette envie...
Ce blog a 6 ans et j’ai toujours autant de plaisir à le tenir, un blog de détente, aucune contrainte, tout s’enchaîne au fil de l’eau et tant que ce fil n’est pas rompu, le blog continuera à son rythme, un peu lent en ce moment, mais demeure intact ce plaisir de renouveler une joie ressentie. 

Photo prise au Vietnam
Tu peux jouer à l’hirondelle,
Il suffit d’ouvrir les bras
Et de sauter très haut, très haut.
Alain Bosquet (Poème pour un enfant lointain)


Pause hivernale...  A l’année prochaine !



Vous êtes quelques fois pleins de peinture.
Plusieurs semblent passés en vous,
d’autres, vous les laissiez aller, farouches.
Mais la plus belle restera,
jusqu’à ce que dans ses joues lisses,
clair et défait, pénètre le narcisse.
Rilke ( Miroirs)





Publié par Ranjiva

Quelques traces


Suite Quelque part dans le sud et 4 ans de blog

Suite Blog et Fleurs aux couleurs vives