15 septembre 2015

15 septembre 2015

Harmonie de jardin [Le jardin japonais d'Albert Kahn] [France]


II y a des endroits qui vous émerveillent et vous donnent envie d'y revenir, encore et encore ...


Ce sont les reflets d'un monde végétal apaisé par la seule volonté de leur créateur qui font le charme de ces lieux, tel que le jardin de Monet à Giverny en Normandie ou le jardin d'Albert Kahn à Boulogne-Billancourt en région parisienne ou le jardin de Balata en Martinique...


L'espace d'une balade dans ce lieu imaginé par Albert Kahn (1860-1940), des jardins de scène [français, anglais, etc.] puis le jardin japonais ; rien n'est fait au hasard, tout est là en harmonie...


L'eau, évocation de la pureté, est l'élément principal du jardin japonais, métaphore de la vie : tout d'abord agitée, elle devient plus calme avant de finir en spirale : symbole du recommencement de l'existence...


Dans un jardin japonais, deux éléments sont indispensables pour le végétal : l'eau et le minéral. Des pyramides pointées vers le ciel ou vers le sol représentent la vie et la mort. Tout au long de la balade, le yin et le yang s'entrecroisent, un subtil équilibre s'installe entre le monde végétal, l'eau et le monde minéral.


Dans la mythologie chinoise, les dieux ne participent pas à la création du monde, l'Univers et Pangu, le premier être humain sortirent d'un matériau informe et sombre suivant un long processus d'évolution et sans intervention de forces surnaturelles. Le monde était gouverné par le principe du yin et du yang, deux catégories opposées mais parfaitement complémentaires : le yin principe féminin donnait forme à toute chose, tandis que le yang principe masculin leur insufflait l'esprit... Le yin et le yang possèdent, en chacun d'eux, un morceau de l'autre... La mythologie chinoise a laissé son empreinte sur le Bouddhisme. Dès le 2ème siècle, le Bouddhisme s'est introduit au Vietnam et au Japon au 6ème siècle.


Dans ce jardin magnifique, d'une façon subtile sont évoqués des paysages du Japon, des cours d'eau, des montagnes, des rizières... sans oublier les fleurs qui célèbrent le monde éphémère et le renouveau de la vie...
On ne quitte ce lieu qu'avec l'idée de revenir à la prochaine saison, tout est si harmonieux et invite à la contemplation...


Se perdre dans cette sinueuse allée...
Et suspendre le temps pour se retrouver...
se retrouver et admirer cette unicité...
Et se fondre dans cette beauté...
Se perdre puis se fondre...









Publié par Ranjiva

Quelques traces



*Photos prises en juin 2015