3 juillet 2014

3 juillet 2014

Sous le charme de la ville de Corfou [Kerkyra] et ses ruelles étroites...


Quand on arrive dans la capitale de l'île de Corfou qui porte le même nom (Kerkyra en grec), on est directement impressionné par l'imposante forteresse vénitienne que l'on peut apercevoir de loin et qui surplombe la mer


Corfou était sous l'influence de Venise pendant quatre siècles (de 1386 à 1797).
Pendant cette occupation, les vénitiens ont édifié des forteresses aux endroits stratégiques pour protéger la capitale des éventuelles attaques ottomanes.


Tantôt romaine, byzantine, vénitienne, française après la chute de la république de Venise en 1797, puis russe, turque, anglaise et enfin grecque en 1864, la ville affiche un joli mélange architectural.
La période byzantine fut la plus longue : après la division de l'immense Empire romain en 337, Corfou fut rattachée à l'Empire d'Occident et, quand la division fut clairement établie en 395, Corfou fut incluse à l'Empire romain d'Orient (330-1453) plus connu sous le nom de l'empire byzantin.


Coincée entre deux forteresses, Corfou a dû se construire en hauteur : cela explique les maisons à quatre voire six étages, inhabituelles en Grèce. A l'époque du développement de la vielle ville, pour des raisons de sécurité, les constructions devaient se confiner à l'intérieur de l'enceinte fortifiée, dans un espace fort restreint.
L'ancienne citadelle byzantine qui a été construite au 8ème siècle a été fortifiée par les vénitiens pendant leur première occupation de l'île (1204 à 1210).


La vielle ville arbore un air italien avec ses étroites ruelles, ses linges étendues...
Certaines constructions sont si proches, qu'en perceptive, on a l'impression qu'elles sont accolées, les façades arborent toutes les couleurs et les volets sont peints en vert.
La vieille ville fut inscrite au patrimoine de l'Unesco depuis juin 2007.


Magnifique ville romantique où les ruelles pittoresques sont propices à la balade de hasard, et où chaque édifice vous raconte son histoire. La capitale de Corfou est aussi séduisante qu'une ville italienne telle que Venise par exemple.
Les années d'influence vénitiennes ont laissé de nombreuses traces dans la ville, outre ses fortifications, on peut citer la célèbre "Varkarola", le carnaval annuel de Kerkyra qui se déroule au mois d'août avec ses costumes traditionnels vénitiens



Nos pas tâtonnent
Les mots explorent
Sous les voûtes du temps
Nous nous heurtons aux signes
Tout s'approche, tout s'écarte
L'écoute nous multiplie.
Andrée Chédid (Quel ailleurs)





Publié par Ranjiva

Quelques traces