16 janvier 2014

16 janvier 2014

Les Andelys, ville d'histoire et d'inspiration picturale [Haute-Normandie]


Les paysages normands et la Seine ont toujours inspiré les peintres impressionnistes.
Déjà dans les années 1870, ces peintres "aux aguets de l'instant", indépendants mais pas encore étiquetés "impressionnistes", ont sillonné le bord de la Seine pour capter la lumière de ces paysages bucoliques.


Dans ce cadre, Pissaro, peintre danois (1830-1903), reçut son choc pictural en débarquant à Rouen ; Cézanne, peintre français initié par ce dernier à l'impressionnisme, déclara que "peindre la nature c'est réaliser ses sensations". Ou bien peut-on parler d'Eugène Boudin (1824-1898), le maître des ciels, que Monet qualifia comme son maître, qui chercha déjà dans les années 1850 les lumières naturelles de l'estuaire de la Seine.


Le poète Baudelaire, critique d'art à ses heures, rendit hommage à Boudin dans son compte-rendu du salon de 1859 : "Boudin nous étalera, dans des peintures achevées, les prodigieuses magies de l'air et de l'eau. Je n'exagère rien. J'ai vu... ces nuages aux formes fantastiques et lumineuses". Eugène Boudin chercha à traduire l'élément le "plus inconstant, le plus insaisissable" dans les cieux normands.


              Rivage et ciel [ Eugène Boudin]

Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... les merveilleux nuages ! 
Baudelaire [l'Etranger]


Une charmante ville médiévale, Les Andelys, nichée au cœur des boucles de la Seine, formée par deux bourgs distincts -le Petit Andely et le grand Andely- ne fut pas non plus oublié par ces peintres de l'eau et de lumière. Cette petite ville de la  Haute-Normandie, située à 100km de Paris et 40km de Rouen, est dominée par le Château Gaillard, vestige de la guerre de cent ans (1337 à 1453).



Cette forteresse du 12ème siècle fut construite en deux ans seulement(1196-1198) sous Richard cœur de Lion (1157-1199 ), fils de Henri II d'Angleterre et d'Aliénor d'Aquitaine, qui fut roi d'Angleterre et duc de Normandie. Ce château qui surplombe la Seine a été érigé pour protéger la route de Rouen face au roi de France Philippe Auguste.


Et de la forteresse s'étend une vue superbe sur la Seine, qui s'élargit grâce à ses affluents, dans sa forme serpentine et offre une série de méandres qui ferait honneur à la déesse Sequana. Dans la mythologie celtique-gauloise, Sequana fut une divinité dotée de bienveillance qui résidait aux sources de la Seine. Sequana fut le nom primitif de la Seine du 1er et 2ème siècle avant notre ère


Chaque tronçon du chemin est en lui-même doté de sens et nous invite à la halte.
Kundera (L'immortalité)







Publié par Ranjiva

Quelques traces


Et c'est par ces paisibles paysages normands que je vous souhaite une année 2014 sereine et lumineuse !