• Accueil
  • Contact
  • Profil
  • Pays
  • 20 mars 2017

    20 mars 2017

    Allégorie du Printemps : des cerisiers et un peintre [Botticelli]


    L'arrivée du Printemps promet de beaux jours. Tout semble éblouissant, surtout si on a la chance d'assister à l'éclosion des bourgeons des cerisiers.


    Et ce fut le cas ce jour-là au Brooklyn Botanic Garden à New-York .


    La floraison des ces cerisiers d'une beauté saisissante est spectaculaire, l'allée des cerisiers fascine. 200 cerisiers donnés en cadeau par le gouvernement japonais après la première guerre mondiale fleurissent pendant quelques jours ; on ne sait plus où donner du regard devant une telle explosion de couleurs.


    A l'apogée de la saison de la floraison de ces cerisiers, une fête [Festival] -le Sakura Matsuri- est organisée depuis 1981 dans ce magnifique jardin atypique


    Le cerisier du japon [Sakura] ne donne pas de cerises mais de jolies fleurs roses qui éclosent chaque année au printemps [généralement en Avril]. Il est particulièrement vénéré des japonais car marque le renouveau du printemps, donnant ainsi l'occasion de festoyer. Cette floraison qui ne dure que quelques jours symbolise dans le bouddhisme l’impermanence des choses...


    Et d'un coup, le tableau de Botticelli revient en mémoire devant tant de magnificence... Le printemps [1482], l'un des plus beaux tableaux de Sandro Botticelli est un hymne au printemps avec l'abondance des fleurs : des fleurs sortant même de la bouche de la nymphe Flore, la robe fleurie de Venus, le parterre de fleurs etc... Un tableau fleuri qui se situe dans le jardin des Hespérides.


    Alessandro Filipepi, que l'on connaît sous le nom de Botticelli [1444-1510] peintre, dessinateur et graveur, incarne l'art florentin du 15ème siècle. Ses peintures étaient pratiquement ignorées jusqu'au début du 19 ème siècle ; elles acquièrent dans les années 1850 un véritable engouement qui va jusqu'à une véritable vénération.






    "Des draperies légères adhèrent ou s'envolent des corps qui n'ont plus l'air de toucher le sol, tant ils dansent comme on vole. L'aube fait danser les trois grâces". 
    Le rêve de Botticelli [ Chapitre 15 La naissance du printemps] Sophie Chauveau


    Au printemps tout semble léger comme ces pétales de cerisiers et ces trois grâces de Botticelli qui semblent ne plus toucher terre ; elles dansent comme si elles allaient s'envoler...


    L'esprit se meut, l'âme s'émeut ; l'esprit raisonne, l'âme résonne.
    François Cheng









    Publié par Ranjiva

    Quelques traces


    Lire la suite...»

    3 mars 2017

    3 mars 2017

    En attendant le printemps... Des Héliconias éclatants [Fleurs tropicales]...


    En attendant le printemps, juste quelques photos des ces Héliconias si éclatants, chers aux colibris...


    En effet ces jolis petits oiseaux se nourrissent du nectar de ces magnifiques plantes tropicales aussi reconnaissables que la fleur de porcelaine avec sa fleur aplatie entourée de ses feuilles d'un beau vert foncé ressemblant à celles des bananiers et des oiseaux de paradis.


    Leur nom Héliconia leur vient du mont Hélicon de la Grèce centrale, qui est selon la mythologie grecque le lieu de conseil des muses, aussi célèbre que le Mont Parnasse -surplombant la cité des Delphes- et si cher aux poètes tel que Baudelaire. Les muses avaient un temple sur le mont Hélicon et aussi sur le mont Parnasse. Le mont Hélicon se trouve en Boétie à 147 km d'Athènes et à 250 km des Météores...


    Le Mont Hélicon -la divine montagne- dont parlait Hésiode est le lieu où résidaient les neuf Muses. Ces filles de Zeus et de la Titanide Mnémosyne [Déesse de la mémoire, fille d'Ouranos et de Gaïa] ont inspiré bien des artistes. Déesses des arts, elles avaient chacune leur spécificité : Clio -l'histoire-, Euterpe -la Musique-, Thalie -la Comédie- Melpomène - la tragédie- Terpsichore -la danse et les chœurs- Erato -Le chant-, Polymnie -La poésie sacrée- Uranie -L'astronomie- Calliope -l'éloquence et la poésie épique-. Calliope était ainsi la déesse la plus éminente, de surcroît la mère d'Orphée et des sirènes... D'après les mythes, Homère pour ces récits épiques et Hésiode pour sa théogonie furent inspirés tous deux par les Muses...


    Ces divinités qui présidaient donc aux sciences, aux lettres, et aux arts étaient associées à Apollon qui est aussi Dieu des Arts, du chant, de la poésie et de la Musique. A Thespies, une cité près du mont Hélicon, on célébrait en leur honneur des fêtes appelés Musées...


    Ces fleurs tropicales ont aussi comme nom le balisier aux Caraïbes. On utilise leurs feuilles comme les feuilles de Lotus en guise de papillote pour cuire les aliments...


    Parfois il est distrait, ses Muses sont absentes ;
    Puis, tout à coup, il dit des choses ravissantes !
    [Roxane]
    Edmond Rostand [Cyrano de Bergerac]










    Publié par Ranjiva

    Quelques traces


    *Photos prises en Martinique
    Lire la suite...»

    10 février 2017

    10 février 2017

    Balade et rêveries le long des berges de la Seine [île de la Jatte]


    Une balade hivernale le long de la Seine sur l'île de la Jatte est toujours un moment plaisant, surtout quand le soleil est au rendez-vous avec l'eau...


    L'eau entrevue à travers les feuillages incite à la rêverie... La vision de l'eau a souvent cette faculté de créer ce vide propice à cet état. C'est souvent une des raisons pour laquelle on aime tant se balader au bord de l'eau...


    Lors de ses promenades, dans son ouvrage - les rêveries du promeneur solitaire- Jean-Jacques Rousseau [1712-1778]  évoque l'état dans lequel le plonge cette vison aquatique : "Le bruit des vagues et l'agitation de l'eau fixant mes sens et chassant de mon âme toute autre agitation la plongeaient dans une rêverie délicieuse". Rousseau se laisse envahir par le rêve et ne vit plus que le moment présent , Rêve et Nature se confondent...


    La rêverie est un mode de pensée sans filtre, abandonnée à elle-même et qui nous laisse l'esprit libre d'aller où bon lui semble...


    Et pour que cette rêverie aquatique s'interrompe, quelque chose d'insolite doit attitrer l'attention. Ce jour-là,  ce fut le spectacle insolite de ces oiseaux en groupe sur un arbre bien dépouillé : des cormorans, des étourneaux sansonnets ...


    L'étourneau sansonnet se rencontre dans des milieux très variés, y compris dans les lieux urbanisés. Ses chants et ses cris sont très variés car c'est un excellent imitateur, non seulement des oiseaux mais aussi d'autres sons plus insolites tels que les sonneries de téléphone ...







    A l'attrait d'une rêverie abstraite et monotone, je joins des images charmantes qui la vivifient.
    Leurs objets échappaient souvent à mes sens dans mes extases et maintenant plus ma rêverie est profonde plus elle me le peint vivement.
    Jean-Jacques Rousseau [5 ème promenade - Les rêveries du promeneur solitaire-]


    C'est près de l'eau et de ses fleurs que j'ai le mieux compris 
    que la rêverie est un univers en émanation,
    un souffle odorant qui sort des choses par l'intermédiaire d'un rêveur
    Bachelard [L'eau et les rêves]













    Publié par Ranjiva

    Quelques traces

    Lire la suite...»

    22 décembre 2016

    22 décembre 2016

    Des roses éclatantes et un poète [Rainer Maria Rilke]...


    En ce début de l'hiver, quoi de plus revigorant que de se remémorer de l'insolente beauté des roses.. Et de la douceur subtile et tendre de la couleur "Rose"...


    La rose, symbole de la fleur éternelle, a toujours inspiré philosophes et poètes. Que de poèmes sur les roses... Tant de vers qui ont su exalter la magnificence de ces fleurs...Mais celui qui a su de toute son âme chanter à merveille les louanges de cette fleur fut Rainer Maria Rilke [1875-1926], écrivain et poète autrichien.


    Je te vois rose, livre entrebâillé
    qui contient tant de pages
    de bonheur détaillé
    qu'on ne lira jamais. Livre-mage
    Je te vois Rose


    Il était si passionné par les roses que son épitaphe, composée par lui-même, fut dédiée à la fleur - Rose ô pure contradiction, volupté de n'être le sommeil de personne sous tant de paupières-


    Né à Prague en 1875, décédé en Suisse en 1926, ce poète a toujours mené une vie en itinérance... Voyageur solitaire, qui aura parcouru l'Europe [Italie, Espagne, Russie etc...] et d'autres contrées du monde, Rilke a sans cesse tenté de se reconstruire un lieu d'accueil, pour se retrouver, et (ré)apprendre à voir... Ainsi seulement, on peut se découvrir un intérieur qu'on ne soupçonnait pas...Les roses auront toujours leur place.


    On arrange et on compose
    les mots de tant de façons
    mais comment arriveront-on
    à égaler une rose ?


    A son éducation trop stricte, à son déracinement, ses poèmes légendaires dédiés à la Rose furent sa réponse... son ancrage possible dans le réel...

    Je te respire comme si tu étais
    Rose toute la vie
    Et je me sens l'ami parfait
    d'une telle amie


    Dans la multiple rencontre
    Faisons à tout sa part
    afin que l'ordre se montre
    parmi les propos du hasard
    Rainer Maria Rilke









    Publié par Ranjiva

    Quelques traces




    Pause hivernale...
    A bientôt...
    Lire la suite...»

    15 décembre 2016

    15 décembre 2016

    Parenthèses enchantées... et 10 ans de blog...


    Il est des parenthèses enchantées, des instants colorés, des livres qui ont su nous emporter... des musiques qui ont su nous marquer... des moments merveilleux qui ont su envahir notre mémoire etc... Ce blog a servi à recueillir tous ces moments, et ce depuis 10 ans. Ce blog a aussi contribué à joindre l'utile à l'agréable car  non  seulement ces parenthèses étaient enchantées  mais elles ont aussi été enrichissantes...

    Antsirananana
    Pour son dixième année consécutive, ce blog ne peut que retourner à Madagascar  -voyage effectué il y a 3 ans-, étant donné que le point [post] de départ de ce blog était lié à des moments et des endroits inoubliables de mon île natale et de fil en aiguille tous les instants enchanteresses  d'ici et d'ailleurs ont resurgi..

    Baie de Lokaro [Fort-Dauphin]
    Comme je l'ai déjà mentionné, ça a été une gageure de m'accrocher juste au fil de l'eau "pour garder en mémoire" les endroits tant appréciés. Sans ce fil conducteur, ce blog n'aurait pas tant perduré "seule la passion peut faire surpasser" et de cet élément liquide découle toutes les passions allant de la Mer aux fleurs exotiques, aux livres aux mythes et légendes etc...



    A l'instar de Platon pour qui le vrai bonheur est bien difficilement accessible au commun des mortels, Aristote précepteur d'Alexandre le Grand nous livre une définition à hauteur humaine : "le bonheur est l'accomplissement harmonieux de soi-même" tout au long de la vie... Des "instants colorés" magnifiques, magiques, inattendus ne peuvent que contribuer à nous rendre "harmonieusement" en accord avec nous-mêmes et avec ce qui nous entoure... 
    J'espère pouvoir continuer encore et encore à "ressentir", à "retenir" ces parenthèses enchantées... Et ensuite vous les faire partager...



    C'est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble.
    Michel de Montaigne [Essais]








    Publié par Ranjiva

    Quelques traces




    * Suite - Quelques mots sur le blog
    Lire la suite...»

    9 décembre 2016

    9 décembre 2016

    Rencontre inattendue avec un paon au Parc Floral [Paris]


    Parc récent mais non dépourvu  de charme, le parc Floral de Paris est un jardin botanique situé en bordure du bois de Vincennes à l'Est de Paris.


    Créé en 1969, ce site de 30 hectares est surtout connu pour ses expositions temporaires mais aussi ses importantes collections botaniques et horticoles, notamment une collection unique de plusieurs variétés d'Iris visibles au printemps.


    A l'instar des orchidées -en exposition ce jour-là-, le paon est un oiseau toujours fascinant, déjà par ses couleurs "arc-en-ciel" lorsqu'il déploie ses ailes... Cette couleur bleue brillante, -le Bleu Paon- qu'il arbore est assez spectaculaire et égalise avec ceux des animaux les plus exotiques.


    Ce n'est pas étonnant que cet animal soit l'animal favori de la déesse Héra qui aime la flamboyance. Cette dernière est aussi associée à la fleur des fleurs : le Lys.


    La jalousie légendaire de la déesse Héra envers son époux infidèle -Zeus- fut souvent relatée dans la mythologie grecque. Elle fut à l'origine de bien des malheurs pour ses rivales. Le paon est ainsi l'animal qui la représente le mieux, avec son plumage parsemé des yeux, toujours aux aguets, pour guetter la moindre infidélité [de son époux].


    Le roi des dieux s'amouracha de Io, la fille du dieu-fleuve Inachos. Pour ne pas éveiller le soupçon de son épouse, il la transforma en vache d'une blancheur immaculée... Héra ne fut pas dupe et demanda à son époux que cet animal lui fût consacré. Elle la mit sous la garde d'Argos, un être doté de cent yeux. Zeus envoya Hermès délivrer Io et lors de la bataille, Argos fut tué. Et selon la légende, la déesse Héra en souvenir d'Argos son fidèle serviteur, plaça les yeux de ce dernier sur les plumes de son animal favori.


    Le paon est présent dans beaucoup de mythes de diverses civilisations, notamment en Chine et au Vietnam, où il est le symbole de la paix et de la prospérité...


    Un dernier petit tour dans les allées de bambou complète bien cette belle balade automnale. Ce parc floral est labellisé "jardin remarquable" par le Ministère de la Culture et de la Communication depuis 1998.


    Puisque la beauté est rencontre, toujours inattendue, toujours inespérée,
    seul le regard attentif peut lui conférer étonnement, 
    émerveillement, émotion, jamais identiques
    François Cheng [L'éternité n'est pas de trop]












    Publié par Ranjiva

    Quelques traces

    Lire la suite...»