27 juin 2016

27 juin 2016

Symphonie de couleurs au rythme des saisons -dans le jardin de Monet- [Giverny]


Il y a des endroits qui nous incitent au retour : est-ce dû au hasard, l'envie ou tout simplement l'appel des saisons ?


Certes des magnifiques jardins existent un peu partout en France tels ces jardins de Sardy à Vélines en Dordogne, les jardins flottants d'Amiens, le jardin japonais d'Albert Kahn etc.. Mais ce jardin de Monet donne envie de revenir à chaque saison car il n'est jamais ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. A Chaque saison ses fleurs...


En été, la beauté époustouflante des Lys nous captive ainsi que l'étang parsemé de tapis de nénuphars. En automne les dahlias s'éclatent en couleurs pour conjurer l'arrivée de l'hiver, les asters se prolongent au-delà de la saison. Et au printemps les iris avec ses pétales si délicats nous attendent.


Les iris se parent de leurs beaux apparats à côté des ancolies et des azalées resplendissantes


Les fleurs d'Iris nous ramènent vers la déesse ailée, Iris. Dans l'Iliade, Homère l'a fait descendre sur terre pour annoncer aux mortels la volonté divine et dans les profondeurs des eaux pour communiquer avec les dieux marins. Dans certains récits mythologiques, elle a pour compagnon Zéphyr, fils de la déesse de l'Aurore. Zéphyr personnifie le vent doux.On le représente souvent sous la figure d'un jeune homme ailé tenant une corbeille de fleurs printanières...


Tout entourée de son magnifique jardin, on ne peut être qu'émerveillé par la maison verte du peintre. A l'intérieur de la maison de Monet, tout est en harmonie : la salle à manger est tout en jaune.


Et ce bleu si apaisant de la cuisine qui nous captive dès qu'on y pénètre ... La sérénité s'en dégage...


Il n'y a pas de doute, c'est un lieu qui incite au retour... Tant d'harmonie et d'explosions de couleurs qui nous rappellent sans cesse le peintre Monet. De sa demeure, il a fait une havre de paix.


Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
La Fontaine [Le chêne et le roseau]









Publié par Ranjiva

Quelques traces


* Photos prises le 20 mai 2016
Lire la suite...»

20 juin 2016

20 juin 2016

Pour saluer l'été : des tulipes de toutes les couleurs...


Pour accueillir l'été qui tarde à montrer sa flamboyance : des tulipes de toutes les couleurs...


Il existe plusieurs variétés et une centaine d'espèces de tulipes, de formes très diverses...


Je me laisse happée
sur un petit nuage doré
De joie inattendue...


De toutes les couleurs
Tu m'es apparu..
Tu m'es revenu...
De tes éclats argentés
je me laisse happer....


Dans le langage des fleurs, les tulipes symbolisent l'amour parfait sauf pour la couleur jaune : l'amour impossible pourtant le jaune est une couleur qui évoque l'harmonie, le soleil... 
Dans la mythologie grecque, Tulipe est la fille de Protée dieu marin, [fils de Poséidon], il avait le don de prophétie et il pouvait revêtir à volonté les formes les plus diverses...


Originaires de l'ouest de l'Asie, anciennement cultivées en orient, les tulipes ont été introduites en Europe par les turcs au 16 ème siècle, en passant par Vienne pour débarquer en Hollande où l'engouement fut immédiat. La tulipe est la fleur nationale des Pays-Bas


Fleur incomparable, tulipe retrouvée, allégorique dahlia, c'est là, n'est-ce pas, 
dans ce beau pays si calme et si rêveur, qu'il faudrait aller vivre et fleurir ?
Baudelaire [L'invitation au voyage] 







Publié par Ranjiva

Quelques traces




* Pour saluer l'été 2015 : Le flamboyant royal [arbre tropical]

*Photos prises en mai 2016 [Brooklyn Botanic Garden]

Lire la suite...»

15 juin 2016

15 juin 2016

Balades picturales dans des musées d'art Moderne [Paris-Beaubourg] - [New-York-MoMA)]


Paris est une fête dirait Hemingway... Effectivement à chacun de ses recoins, le long de la Seine, Paris nous montre ses jolis apparats. Les endroits à visiter ne manquent pas mais un détour au musée national d'Art moderne au Centre culturel Pompidou [Centre Beaubourg] complète agréablement la balade intra-muros...


En passant par Paul Klee, Ferdinand Léger, Yves Klein, Matisse, on ne compte plus les magnifiques œuvres à voir dans ce musée d'art moderne...


Paul Klee (1879-1940), peintre allemand et musicien comme son ami Kandinsky, pensait qu'un artiste ne peut prévoir son œuvre... "l'Art ne reproduit pas le visible, il rend visible". Klee était un mystique comme Kandinsky : il cherchait à atteindre, derrière le voile des apparences, une unité bien à a lui, cette "divine folie" comme pourrait le qualifier des membres du courant Surréaliste...
Comme Matisse, Miró, et tant d'autres peintres le bleu le fascine, ce bleu incandescent dont il dira "Point n'est besoin de chercher à la saisir, elle me possède, je le sais, voila le sens du moment heureux,  la couleur et moi nous sommes un : je suis peintre".


New-York, ville fascinante nous tend aussi ses bras avec son musée "clé", le MoMA, pour admirer encore plus ces peintres et leurs créations fantastiques qui ont laissé libre cours à l'Imagination....


Ce musée d'Art moderne possède une collection impressionnante d’œuvres de grands peintres, notamment de Van Gogh, Matisse, Picasso, De Chirico, Rothko, Léger, Mondrian etc.. et de tant d'autres encore...


Créé en 1929, ce musée est une institution pour les amateurs d'art. Il étend ses œuvres sur 4 étages et c'est au 3ème et 4ème étage que les grandes œuvres connues sont rassemblées, parmi elles, les Demoiselles d'Avignon de Picasso, La nuit étoilée de Van Gogh et La danse de Matisse, tableau captivant : il nous incite à la danse et nous rappelle la citation de Kundera dans son roman "le livre du rire et de l'oubli": "Danser dans une ronde est magique, la ronde nous parle depuis les profondeurs millénaires de la mémoire".


La nuit étoilé de Vincent Van Gogh est tout simplement magique. Dans sa lettre à son frère théo, le peintre évoquait que souvent la nuit est encore plus richement colorée que le jour...


Au dedans de moi ondule, certainement, une mer, parce que je suis sensible.
L'irrémédiable, c'est de ressentir de telle sorte qu'à toutes les extrémités règne la tempête
et nulle part un maître qui commande au chaos"
Paul Klee










Publié par Ranjiva

Quelques traces


*Photos prises au Centre Georges-Pompidou [Paris] en Mars 2016
*Photos prises au Museum of Modern Art [New-York] en avril 2016

Lire la suite...»

3 juin 2016

3 juin 2016

En passant par Madrid, le musée Reina Sofía et un peintre [Joan Miró]


Le charme de Madrid repose entre autres sur la découverte d'endroits insolites, pittoresques et charmants... Et le musée "Reina Sofia", musée national d'art moderne et contemporain, en fait partie.


Couvrant la période s'étalant de 1900 à nos jours, des œuvres de Dali à Léger, en passant par Miró, y sont à admirer...

Le Carnaval d''Arlequin [1925]
Joan Miró, peintre aux couleurs éclatantes et sculpteur espagnol, fréquentait dans les années 1940 le chef de file des surréalistes André Breton. Terme créé par Breton, le surréalisme sert à exprimer l'aspiration d'un groupe d'artistes à créer quelque chose de plus vrai que la réalité, plus significatif qu'une simple copie du monde extérieur...


Miró, peintre à la verve fantastique, transgresse les frontières du visible pour naviguer librement dans son propre monde : l'imaginaire est ainsi au service de l'Art. Miro nous entraîne dans son rêve et fournit les moyens aux spectateurs [imagination aidant] de rêver à leur tour : chasser la raison et donner à l'imagination tout son élan...

                                 Drapeau espagnol [1925]                                                                  Head and Spider [1925]

Joan Miró ne se définissait pas comme abstrait mais comme un amoureux de la Nature : "La peinture c'est étudier la trace d'un petit caillou qui tombe sur la surface de l'eau, l'oiseau en vol, le soleil qui s'échappe vers la mer ou parmi les pins et les lauriers de la montagne" [Joan Miró]





La sculpture, la peinture, l'Art en général, c'est comme la musique, c'est une affaire de sensation : Il est vain de tenter d'expliquer, quand il s'agit surtout de ressentir. 
Aussi vain que de traduire une poésie.. 
Alors admirons tout simplement ces explosions de couleurs....






Au musée national centre d’art Reina Sofía [Madrid en Février 2016 ]

video


Il faut avoir les pieds bien ancrés dans la terre pour pouvoir sauter très haut, jusqu'au ciel...
Joan Miró









Publié par Ranjiva

Quelques traces



Lire la suite...»

25 mai 2016

25 mai 2016

Un jardin japonais à New-York... [Brooklyn Botanic Garden...]


Un jardin japonais est toujours fascinant, par l'harmonie et la sérénité qu'il dégage...


Et quand on se trouve dans une grande ville comme New-York et qu'au cœur d'un de de ses arrondissements [Brooklyn] on peut se balader dans un jardin de 21 ha avec ses milliers de plantes et d'arbres venant du monde entier, au beau milieu duquel trône un jardin japonais : c'est tout simplement merveilleux et intemporel...


Conçu en 1915 par un architecte paysagiste japonais, Takeo Shiota (1881-1943), ce jardin crée d'emblée une atmosphère de bien-être. Est-ce l'étang, la magnifique cascade, les érables ou les azalées ? On ne saurait dire mais tout ce qui fait le charme de ce jardin japonais rappelle celui du jardin d'Albert Kahn ...


Comme c'est paisible un jardin japonais !


Un des charmes de ce jardin est l'omniprésence de plus de 200 cerisiers "Sakura" du Japon qui fleurissent durant 2 semaines [mi-avril], et quel spectacle merveilleux l'éclosion de ces fleurs !


L'un des charmes de New-York réside dans ces contrastes, entre la nature et l'urbanisme...


Puisque la beauté est rencontre, toujours inattendue, toujours inespérée,
seul le regard attentif peut lui conférer 
étonnement, émerveillement, émotion, jamais identiques...
François Cheng








Publié par Ranjiva

Quelques traces




* Photos prises au jardin botanique de Brooklyn en avril 2016


Lire la suite...»

16 mai 2016

16 mai 2016

Central Park, un espace vert au coeur de New-York...


Central Park se trouve au cœur de Manhattan, c'est un immense parc de 340ha, qui s'étend sur 4Km. "Le poumon vert de New-York", comme on le surnomme, offre une réelle détente, un véritable havre de paix.


Central Park étonne par sa diversité : de paisibles buttes boisées, des jardins à l'italienne, anglaise, française... de multiples plans d'eau, des petits lacs, des fontaines etc..


Ce parc est si diversifié, qu'au détour, on peut se trouver face à un obélisque provenant d'Alexandrie. Comme Londres et Paris, New-York a aussi son monolithe offert en cadeau par l'Egypte . Au départ offert à la France, qui préféra celui de Louxor, il fut remis au gouvernement des Etats-Unis et fut érigé au Central Park en 1881.


Cet obélisque, tout comme celui de Londres porte le nom "d'Aiguille de Cléopâtre" (bien qu'il n'ait rien à voir avec la reine Cléopâtre). Il fut restauré en 2014. Une technique au nettoyage au laser fut nécessaire pour rajeunir ce monument vieux de 3500 ans.


Avec les gazouillements des oiseaux, des écureuils par-ci par-là, on oublierait presque qu'on est dans une grande ville.


Le parc a été réalisé à l'image des parcs publics à Londres ou à Paris. Inauguré en 1859, il devint vite le lieu incontournable de promenade de tous les new-yorkais


Central Park a connu une période faste jusqu'en 1929 et après ce fut la crise. La mauvaise réputation du parc dans les années 1970 a pris fin en 1980 grâce à une rénovation complète entreprise par un conservatoire privé. Et depuis, le parc a retrouvé sa splendeur d'antan.
Central Park fut un des lieux privilégiés du 7ème art, en effet, beaucoup de scènes de films y ont été tournées et le lac "Réservoir" ne fut pas en reste. Dans Marathon man, un thriller palpitant de John Schlesinger, réalisateur britannique, on voit le héros Dustin Hoffman faire son jogging le long du lac en vue de la préparation de Marathon de New-York. Entre autres réalisateurs, Woody Allen fut celui qui a le plus tourné dans Central Park : la scène mythique de la promenade en calèche dans le film "Manhattan" est inoubliable, tout comme la scène émouvante de "Love Story" où les deux protagonistes patinent au Wollman Ice Rink avant de rejoindre l'hôpital...
A noter que des guides peuvent faire visiter tous les endroits où des scènes de films mythiques ont été tournées.

Jacqueline Kennedy Onassis Reservoir
Is all we see or seem
But a dream within a dream ?
Edgar Allen Poe





Publié par Ranjiva

Quelques traces

*Photos prises en Avril 2016

Lire la suite...»