20 août 2008

20 août 2008

Quelques extraits d'illuminations d'Arthur Rimbaud


Illuminations est le titre d'un recueil de 54 poèmes composés par Arthur Rimbaud entre 1873 et 1876.
Pour Rimbaud "Illuminations" ce sont des instants "de bonheur fugace", des "gravures colorés" "colored plates" c'est le sous-titre qu'il a donné à son manuscrit.
C'était pendant ses errances (Allemagne, Belgique, Angleterre...) que Rimbaud a écrit les "illuminations", les poèmes n'ont pas de lien entre eux.
Ces recueils furent publiés par Vogue en 1886 grâce à Verlaine qui les a fait publiés sans que Rimbaud soit au courant.

Fleurs

D’un gradin d’or, parmi les cordons de soie, les gazes grises, les velours verts et les disques de cristal qui noircissent comme du bronze au soleil. Je vois la digitale s’ouvrir sur un tapis de filigranes d’argent, d’yeux et de chevelures. Des pièces d’or jaune semées sur l’agate, des piliers d’acajou supportant un dôme d’émeraudes, des bouquets de satin blanc et de fines verges de rubis entourent la rose d’eau. Tels qu’un dieu aux énormes yeux bleus et aux formes de neige, la mer et le ciel attirent aux terrasses de marbre la foule des jeunes et fortes roses.

Fleurs

O Poètes, quand vous auriez les Roses, les Roses soufflées, rouges sur tiges de lauriers, et de mille octaves enflées ! Quand Banville en ferait neiger, sanguinolentes, tournoyantes, pochant l’oeil fou de l’étranger aux lectures mal bienveillantes ! De vos forêts et de vos prés, O très paisibles photographes ! La flore est diverse à peu près comme des bouchons de carafes !

Aube

J'ai embrassé l'aube d'été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit. La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Phrases

- J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre, des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.

- Le ciel est joli comme un ange, l'azur et l'onde communient, la nature est un spectacle de bonté

- Je finis par trouver sacré le désordre de mon esprit

- Le monde est très grand et plein de contrées magnifiques que l'existence de mille hommes ne suffirait pas à visiter.

- Car Je est un autre. Si le cuivre s’éveille clairon, il n’y a rien de sa faute. Cela m’est évident : j’assiste à l’éclosion de ma pensée.

- Quand nous sommes très forts : qui recule ? Très gais : qui tombe du ridicule?Quand nous sommes très méchants : que feront-on de nous ? Parez-vous ! Dansez et riez.

- Quand le monde sera réduit en un seul bois noir pour nos quatre yeux étonnés, en une plage pour deux enfants fidèles, en une maison musicale pour notre claire sympathie : je vous trouverai.


Suite quelques extraits poèmes