26 novembre 2012

26 novembre 2012

Paisibles hortillonnages [Les jardins flottants d'Amiens]



Amiens, ville située à 135 km de Paris dans le département de la Somme en Picardie, doit en partie sa renommée à sa cathédrale gothique bâtie au 13ème siècle, classée au patrimoine de l’humanité par l'Unesco en 1981. Néanmoins elle peut tout autant être magnifiée pour ses hortillonnages et ces canaux qui lui ont donné le surnom de "petite Venise du Nord" (toutefois, n'est-ce pas aussi le cas de Bruges en Belgique?).




Au cœur de la ville d’Amiens, s’étendent donc ces hortillonnages sur 300 hectares. Il s'agit d'un ensemble de jardins flottants sillonnés de canaux.Tel un labyrinthe aquatique, un vrai dédale de 65 km de long, ces canaux sont numérotés pour faciliter la circulation en barque.




L’origine exacte de ces hortillonnages n’est pas définie avec exactitude mais cependant on y trouve trace dans certains manuscrits d’avant l’époque romaine. Le nom Hortillon (Hortulani) fut donné à cette époque -Hortus en latin signifiant Jardin. Les hortillons (ceux qui s’occupent des hortillonnages) cultivaient des légumes et des fruits sur ces parcelles.
Au début du 20ème siècle le site des hortillonnages comptaient 1000 hortillons qui se répartissaient 350 hectares, aujourd’hui  il en reste à peine une dizaine qui exploitent 30ha.




Chaque hortillon n'accède à sa propre parcelle de terre que par bateau. Une grande partie des parcelles furent transformés en jardins d’agréments. Les quelques hortillons restants perpétuent la tradition et un marché traditionnel, sur eau a lieu une fois par an au mois de juin, un marché haut en couleur, l’occasion d’admirer ces hortillons avec les costumes traditionnels et leurs barques remplis de produits frais.



A l’origine, ce site n’était qu’un îlot de marécage, mais l’homme y a vu un terrain fertile pour sa culture. Des canaux et des fossés ont été creusés pour séparer les parcelles.
L’eau y a été toujours présente. La régularité de l’eau est assurée par trois écluses. Ces canaux sont irrigués par la Somme, fleuve paisible que les romains appelaient Samara (rivière tranquille).



Oubliés des siècles durant, ces hortillonnages sont reconnus d’utilité publique depuis 1991 et sont maintenus à l’état grâce à l’association pour la protection et la sauvegarde du site et de l’environnement des hortillonnages. Une belle balade le long des canaux permet encore aujourd'hui de découvrir ces magnifiques jardins et les ponts décorés. Un joli moment fleuri.

Ce soir un village d’oiseaux – Très haut exulte et passe. René Char





Publié par Ranjiva

Quelques traces

Suite Les jardins dans l’antiquité : îlots de sérénité