9 septembre 2012

9 septembre 2012

Des canards et des cygnes et un conte

Des canards, des cygnes voguant paisiblement sur un lac ou rivière, c’est toujours agréable à voir.


La vision de ces volatiles flottant sur l’eau peut évidemment faire ramener au conte d’Andersen, Hans Christian de son prénom, écrivain-conteur-poète danois (1805-1875) qui a écrit 164 contes (dont la petite sirène entre autres...).
Nul n’est prophète en son pays ; ignoré de son pays, il fut tout d’abord reconnu en Angleterre, en Allemagne puis en France.


Il était une fois un petit canard qui ne ressemblait pas à ses frères et sœurs de couvée. Rejeté par tous pour sa différence, il était contraint de quitter sa famille pour ne plus subir leurs quolibets. Le vilain petit canard s’en alla très loin, et rencontra, sur son chemin des difficultés pour se faire accepter. Un jour, ébloui par un groupe de cygnes, le petit canard décida d’aller vers eux. Il fut fort étonné car les cygnes ne le chassèrent pas mais au contraire l’accueillirent comme un de leurs. Le vilain petit canard grandit par la suite et se métamorphosa en un magnifique cygne blanc.



Un soir que le soleil se couchait dans toute sa splendeur, toute une bande de superbes grands oiseaux sortit des buissons. Le petit canard n’en avait jamais vu d’aussi beaux, ils étaient d’un blanc tout brillant avec de longs cous flexibles. C’étaient des cygnes, ils poussèrent un cri très étrange, étendirent leurs longues ailes magnifiques et s’envolèrent de ces froides régions pour se rendre dans des pays chauds, vers de vastes mers ouvertes (Extrait du vilain petit Canard)




Il vit en dessous de lui sa propre image, mais ce n’était plus un oiseau grisâtre et lourdaud, affreux et laid, c’était un cygne. Cela ne fait rien qu’on soit né dans une basse-cour si l’on est sorti d’un œuf d’un cygne (Extrait du vilain petit Canard)


Les cygnes étaient aussi présents dans la mythologie grecque : pour séduire la femme de Tyndare le roi de Sparte, Zeus se transforma en cygne. De cette union naquit les jumeaux Hélène et Pollux . Le cygne est l'oiseau dédié à Apollon (dieu de la Beauté et de la Lumière).
La reconnaissance est la mémoire du cœur. Hans Christian Andersen




Publié par Ranjiva

Quelques traces