15 octobre 2010

15 octobre 2010

Le Nil source de vie : Eau à préserver


Le Nil traverse 9 pays : le Burundi, le Rwanda, l'Ouganda, la Tanzanie, le Kenya, le Congo-Zaïre, l'Ethiopie, le Soudan, et l'Egypte. Sans le Nil, l'Egypte n'est que désert de sable et de cailloux. Dans ce pays où il ne pleut presque jamais, la vie dépend entièrement de l'existence du fleuve : 95% de l’eau consommée en Egypte provient du Nil.
Le Nil rend les terres environnantes très fertiles, la majorité de la population égyptienne vit exclusivement sur ses rives. Seulement 4% du territoire sont habités et le reste est totalement désertique.


Hérodote historien grec 4ème siècle avant Jésus Christ écrivait dans ses récits que l'Egypte est un "don du Nil". Sans le Nil l'Egypte n'aurait pas existé : le Nil est une ressource vitale pour l'Égypte.
Le long des rives on voit encore des habitations traditionnelles, ces habitations sont faites avec du sable, de la boue du Nil, de la paille et de l'eau du Nil selon la méthode ancestrale quoique les constructions en brique et en béton remplacent de plus en plus ces habitations traditionnelles.
Le Nil fertilise la terre des champs, les animaux peuvent s'y abreuver, et c'est aussi source de nourriture (pêche) et voie de navigation.


L'Egypte dépend en eau potable du Nil et comme le Nil traverse 9 autres pays d'Afrique, le Nil est un fleuve à préserver.
Du temps des pharaons le Nil étant sacré, le dieu Hâpy en était le protecteur, il était strictement interdit de baigner les animaux dans le Nil sous peine de sanction.
L'eau du Nil pourrait être menacée par l'industrialisation du fleuve mais l'Egypte y veille : les bateaux de croisières sont régis par la loi 4/1994 sur l’environnement.
Tous bateaux sont strictement inspectés pour s'assurer si tous les moyens y sont présents pour ne pas polluer le fleuve et qu'ils sont conformes aux normes mais des effractions "des bateaux pollueurs qui ne traitent pas leurs déchets avant de les jeter dans les eaux du Nil" existent toujours .



L'agriculture dépend totalement du Nil, 85% de l'eau du Nil va à l'irrigation (l'agriculture y prédomine).
Les besoins en eau douce vont se ressentir à mesure qu'il y a la croissance démographique et la lente
avancée du désert est une réalité quotidienne pour de nombreux agriculteurs qui vivent près du fleuve du Nil.
Plus on s'éloigne des rives du Nil et moins on a de chances d'avoir de l'eau propre à la consommation, l'essentiel étant utilisé pour l'agriculture, mais tout changement semble difficile parce que l'agriculture est une source de revenus importants pour le pays.

Le Nil est si proche et pourtant l'eau potable semble un rêve inaccessible pour tous : article publié au Planètebleue.info


Blog Action Day est un événement annuel qui réunit des blogueurs de tous horizons sur le même sujet le même jour : le thème de ce jour étant l'eau : l'eau propre et potable.
La demande mondiale en eau n'a jamais été aussi élevée qu'aujourd'hui. Des facteurs multiples tels que le changement climatique, l'exploitation effrénée des ressources naturelles et l'explosion galopante démographique accentuent de plus en plus ce phénomène.

Le Nil, ce fleuve serein et mythique devrait rester source de vie et l'eau potable accessible à tous.
La trame de mon blog étant l'eau et les fleurs surtout l'eau il allait de soi que ce thème m'a sensibilisé d'où ma participation à ce Blog Action Day 2010


La mort de l'eau est plus songeuse que la mort de la terre, la peine de l'eau est infinie. Gaston Bachelard (Extrait de l'eau et les rêves)




Publié par Ranjiva


* Suite le Nil - Le pont d'Assouan