16 juillet 2010

16 juillet 2010

Erable du Japon au jardin du musée Albert Kahn


Il existe plus d'une centaine d'espèces d'érables et ils se trouvent surtout en Asie et en Amérique du Nord.
Bien qu'implantés déjà de l'ère tertiaire, leur nom scientifique Acéracées n'apparaît qu'au milieu du 13ème siècle. Il vient du vieux latin Acer qui signifie aigu, tranchant.
Dans l'antiquité, leur bois servait d'ailleurs à la fabrication des lances.

Répandus au Japon mais aussi en chine et en Corée, les érables furent découverts au 17ème siècle par un botaniste suédois Thunberg mais ils ne furent leur apparition en Europe qu'au début du 19ème siècle vers 1820. Ils étaient ensuite diffusés par les pépiniéristes hollandais.
On trouve souvent au japon les érables dans les forêts de montagne assez élevés, au nord du pays.

A l'état naturel, il peut mesurer jusqu'à 15 mètres mais dans les jardins, c'est un petit arbre qui ne dépasse guère les 7 mètres.
Les érables japonais ne furent introduits en Europe qu'en 1864.
Les érables sont traditionnellement célébrés pour leur flamboiement qui métamorphose les paysages en automne.

Les érables japonais sont toujours à l'honneur grâce à l'art du bonsaï.
Dans la mythologie grecque l'érable est dédié à Phobos dieu de la peur fils d'Arès dieu de la guerre et d'Aphrodite déesse de l'Amour.

D'après la légende dans l'Iliade d'Homère le cheval de Troie qui a permis aux grecs de s'introduire chez les troyens fut fabriqué en érable. Les lances romaines étaient faites en érable.
L'imagination est la reine du vrai, et le possible est une des provinces du vrai. Baudelaire
*Photos prises aux jardins du musée Albert-Kahn





* Suite Mythologies et légendes


* Suite Jardin...




Publié par Ranjiva

Quelques traces