3 avril 2017

3 avril 2017

Des voiles de légende - Retour au port [La Baule -Le Pouliguen] [Loire-Atlantique]


Il y a des livres qui interpellent et qui vous rappellent d'agréables moments : tel ce jour-là à La Baule-Le Pouliguen, sur les quais du port... Et ce livre d'Olivier de Kersauson -Promenades en bord de mer et étonnements heureux-, ne peut que faire retourner au bord de la Mer...


Sur les quais du port de la Baule-Le Pouliguen, durant quelques jours, au début du mois d’août, on assiste à un magnifique spectacle, un ballet de voiliers anciens mythiques...


Le clou ce ce spectacle, c'est le retour au port le soir de chaque bateau historique... Par haut-parleur, un commentateur nous relate l'histoire du bateau, son origine, sa conception, son équipage mais aussi son palmarès etc..


Cette course qui se déroule le long de la côte de la Baule et les côtes sauvages de Croisic "pour le Trophée Gavottes" [Sortie le matin et retour prévu vers 17h30mn] existe depuis 2002.


Des bateaux centenaires étaient présents lors de cette course. Pour en faire partie, les voiliers devaient être construits avant 1968.


Parmi les plus emblématiques des bateaux ce jour-là, il y avait le fameux voilier d'Eric Tabarly [1931-1998] Pen Duick V que tout le monde connaît, ne serait-ce que de nom.


Un très beau spectacle qui ne dure que quelques jours à la Baule, station balnéaire surtout connue pour sa magnifique baie et sa plage de sable fin à perte de vue, son casino et ses jolies villas le long de la mer.


Revenons au livre d'Olivier de Kersauson, navigateur et écrivain, coéquipier de Tabarly pendant une dizaine d'années ; livre intime et poétique qui relate ses étonnements heureux; il évoque non seulement la mer, les bateaux, les îles lointaines, la Polynésie, où l'auteur vit durant 8 mois, mais aussi tous les émerveillements qui nous entourent : un livre enchanteur...

J'aime la campagne lorsque la tache océane est au bout.
C'était la vraie promenade champêtre, j'étais vraiment content quand tout à coup j'entends le coucou, 
la nature me passionne"...
Olivier de Kersauson [Promenades en bord de la mer et étonnements heureux]


Quand je regarde la mer, je me promène dans le temps du monde
La musique de la mer me suffit, c'est de l’éternité dans l'oreille.
Olivier de Kersauson [Promenades en bord de la mer et étonnements heureux]


Le fait de percevoir ce qui m'entoure, lors de mes promenades en bord de mer, 
m'est une source infinie de joie.
Je suis preneur de toutes manifestations d'émerveillements.
Je suis apte à l'émerveillement. 
En quête, j'ai assez souvent des étonnements heureux...
Olivier de Kersauson - Promenades en bord de mer et étonnements heureux -








Publié par Ranjiva

Quelques traces