12 janvier 2012

12 janvier 2012

Interlude [Chemins qui ne mènent nulle part]


Chemins qui ne mènent nulle part
entre deux prés,
que l'on dirait avec art,
de leur but, détournés,



Chemins qui souvent n'ont
devant eux, rien d'autre en face
que le pur espace et la saison.
Rainer Maria Rilke


* Photos prises à San Francisco



L'année de tous les dangers

Juste pour revoir Sigourney Weaver, traversant la ville de Jakarta en Indonésie, sous la pluie dans "L’année de tous les dangers", film de Peter Weir, cinéaste australien, et réécouter la musique de Vangelis "L'enfant" qui accompagne si bien cette scène.
Scène sans paroles mais tout est dit dans la démarche, dans le regard, dans l’insouciance de traverser une ville "sous haute tension" sous une pluie diluvienne.


video

L’esprit compare, l’imagination l’emporte
Le passé ne reviendra plus puisqu’il est passé
Le futur, on ne le saurait jamais
En conséquence, même sous une pluie diluvienne
Il n’y a que le présent qui compte puisqu’on y est...



* Suite Interlude

* Suite San Francisco ...






Publié par Ranjiva