24 novembre 2010

24 novembre 2010

La fauvette des roseaux [René Char]


Le temps étant idéal et propice à une flânerie matinale et le parc des étangs Mellaerts avec ses magnifiques couleurs chatoyantes de l'automne ne pouvait qu'attendre les matinaux qui savaient saisir cet instant de sérénité.
Heureux ceux qui savent cueillir la beauté matinale d'un paysage.


L'arbre le plus exposé à l'oeil du fusil n'est pas un arbre pour son aile. La remuante est prévenue : elle se fera muette en le traversant. La perche de saule happée est à l'instant cédée par
l'ongle de la fugitive. Mais dans la touffe de roseaux où elle amerrit, quelles cavatines ! C'est ici qu'elle chante. le monde entier le sait. Eté, rivière, espaces, amants dissimulés, toute une lune d'eau, la fauvette répète : Libre, libre, libre, libre ...
René Char [La fauvette des roseaux]


* Suite Bruxelles




Publié par Ranjiva